fren

Le Cyclop

de Jean Tinguely

Histoire

22,50 mètres de haut et 350 tonnes d’acier… Le Cyclop est une œuvre sculpturale monumentale qui trône dans les bois de Milly-la-Forêt (Essonne, Île-de-France). Réalisée par Jean Tinguely avec le concours de sa femme Niki de Saint Phalle et de leurs amis artistes (Bernhard Luginbühl, Rico Weber, Daniel Spoerri…), c’est une immense tête sans corps, étincelante de miroirs, avec un œil unique, une bouche d’où ruisselle de l’eau sur une langue toboggan, une oreille qui pèse une tonne… Elle abrite en son centre un univers surprenant qui se découvre au fil d’un parcours labyrinthique ponctué d’œuvres et de curiosités à la fois graves et pleines d’humour : des sculptures sonores, un petit théâtre automatique, une machinerie aux engrenages de ferraille… Dada, Nouveau Réalisme, Art cinétique et Art brut : quatre mouvements artistiques se côtoient dans cette œuvre d’une grande richesse. Aussi appelé « La Tête » ou « Le Monstre dans la forêt », Le Cyclop est un monument unique dans l’histoire de l’art. Mais c’est avant tout le fruit d’une aventure collective, tissée de liens d’amitié, une utopie réalisée au cours de nombreuses années par « une équipe de sculpteurs fous » réunie autour de la personnalité de Jean Tinguely.

  • 1/4

    Le Cyclop, photographie © Tadashi Ono

  • 2/4

    Le Cyclop, photographie © Tadashi Ono

  • 3/4

    Le Cyclop, photographie © Tadashi Ono

  • 4/4

    Le Cyclop, photographie © Tadashi Ono

Jean Tinguely a développé un art basé sur le mouvement, le hasard, les vitesses relatives, les sonorités. Ses sculptures réalisées à partir des rebuts de la société industrielle, assemblages de ferraille rouillée, interrogent, déroutent le spectateur, l’interpellent par leur humour et leur dérision. Ses « anti-machines » sont une critique de la société occidentale, elles sont inutiles puisqu’elles ne produisent rien mais s’appliquent à mettre en défaut les techniques modernes pour les tourner en dérision. En 1956, Jean Tinguely fait la connaissance de Niki de Saint Phalle et dès leur rencontre, ils travaillent ensemble. Tout au long de leur vie, ils seront l’un pour l’autre une source d’inspiration, tant sur le plan humain que sur celui de leur art. Complicité, amour, rivalité, échange, confrontation furent la base de leur collaboration.

En 1968, Jean Tinguely et son ami, le sculpteur Bernhard Luginbühl, travaillent au projet du Gigantoleum. Ils voulaient édifier une immense sculpture-architecture, espace interactif ludique rassemblant des domaines artistiques variés. On y aurait trouvé un cirque, des attractions de fête foraine, un théâtre, un cinéma, un restaurant et même, une immense volière avec des milliers d’oiseaux ! Mais le Gigantoleum ne vit pas le jour. Aucun mécène ne voulut financer le projet trop coûteux et ambitieux. Jean Tinguely décida alors de construire Le Cyclop.

En 1969, le chantier démarre dans la forêt de Milly. Jean Tinguely savait que la seule manière de mener à bien le projet de « La Tête », était de financer lui-même les travaux, ainsi il pourrait travailler en toute liberté. Aucun architecte ne participera à la construction et seuls les artistes, avec courage, force et ténacité, bâtirent progressivement cette sculpture titanesque. Il aura fallu dix ans de labeur pour ériger Le Cyclop et quinze années supplémentaires avant que soient mises en place les contributions de chacun.

En 1987, pour assurer sa protection et sa conservation, ils décidèrent de donner Le Cyclop à l’État français. Il entre alors dans la collection du Cnap (Centre national des arts plastiques). En 1988, le ministère de la Culture a délégué la gestion du lieu à l’association Le Cyclop qui a pour mission d’entretenir, d’assurer les visites et de promouvoir l’œuvre. En 1991, à la mort de Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle se chargea, en respectant au mieux les idées de son compagnon, de terminer la sculpture en finançant les derniers travaux. En mai 1994, Le Cyclop fut inauguré par François Mitterrand, Président de la République et ouvert au public. Niki de Saint Phalle décida alors que Le Cyclop était achevé et que désormais, aucune œuvre ne pourrait être ajoutée.

Restauration 2021

Le Centre national des arts plastiques s’est engagé dans la restauration du Cyclop de Jean Tinguely

Le Centre national des arts plastiques a lancé en mars 2021 le chantier de restauration du Cyclop. Le site a fermé ses portes en octobre 2020 pour laisser place à un vaste chantier de restauration qui a duré un peu plus d’une année.

La situation topographique du Cyclop et les conditions climatiques auxquels il est confronté au fil des saisons rend sa conservation particulièrement complexe. L’objectif est de rendre au Cyclop son intégrité, avec l’appui des artistes ou de leurs ayants droit. Le projet délicat de restauration du Cyclop implique trois entreprises de maîtrise d’œuvre : le cabinet d’architecte GFTK, l’entreprise d’ingénierie Phung Consulting et le cabinet Ecovi, en charge de l’économie de la construction. Pendant toute la durée du chantier, un ensemble d’une vingtaine de restaurateurs d’œuvres d’art spécialisés dans le verre, le métal, la céramique, le textile, le plâtre et les matériaux contemporains interviennent sur place et dans leurs ateliers pour mener à bien la restauration des différents éléments constitutifs du Cyclop.

Dépose de l’œil du Cyclop

Deux restaurations majeures du Cyclop : La Face aux miroirs et L’Hommage aux déportés

La Face aux miroirs est l’enjeu majeur de cette restauration. Recouverte en 1987 de miroirs par Niki de Saint Phalle sur près de 325 mètres carrés, l’œuvre commence à se dégrader à partir de 1996 en raison de l’altération du tain, mais aussi de la croissance de micro-organismes qui tendent à détacher les miroirs. En 2002, les premiers essais de consolidation sont effectués, puis en 2006 des retouches ponctuelles sont réalisées, avant de contractualiser en 2008 la mise en place d’un chantier-école avec l’Institut national du patrimoine. Cette intervention permet d’établir un historique de création, un constat d’état et un diagnostic incluant des préconisations pour une restauration durable de l’œuvre. Ce document préalable fournit de nombreux éléments mais l’œuvre continue sa dégradation et devient dangereuse pour les visiteurs.

  • ©GdV

    1/3

    ©GdV

  • ©GdV

    2/3

    ©GdV

  • ©GdV

    3/3

    ©GdV

Un filet est posé en janvier 2012. Un rapport sur l’état sanitaire de l’œuvre est ensuite commandé et remis par le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques en 2014, à la suite duquel le Cnap convient en accord avec l’ayant droit de Jean Tinguely et de Niki de Saint Phalle d’une intervention qui s’apparente à une restauration fondamentale et consiste à remplacer l’ensemble des 55 000 tesselles de miroirs de la face. L’opération se fait dans le respect le plus scrupuleux du calepinage d’origine, effectué à l’époque sous la supervision de Niki de Saint Phalle – découpe des miroirs sans angle droit, modulation de la taille des morceaux en fonction du modelé du visage. Pour que les miroirs épousent en tout point la composition initiale, un processus d’empreinte au latex a été imaginé pour chaque zone, permettant ensuite un report par estampage sur papier servant à la création de gabarits pour la découpe des miroirs. Les nouveaux miroirs vont redonner à l’œuvre tout son éclat, en respectant l’intention originelle de l’artiste : camoufler la tête en réfléchissant son propre environnement. La restauration de La Face aux miroirs a bénéficié en 2013 du mécénat de compétence de l’entreprise 3DO Reality Capture qui a réalisé le relevé 3D de « La Tête », ainsi que de celui de Saint-Gobain, qui dans le cadre de cette collaboration a mis à disposition 628 m2 de miroirs solaires nécessaires et le joint-colle fabriqué par la filiale Weber de Saint-Gobain pour fixer les miroirs. Clairefontaine a fourni de son côté le papier pour la création des gabarits.

  • Relevé et marquage  par zones de l’ensemble de la surface

    1/6

    Relevé et marquage par zones de l’ensemble de la surface

  • Application d’un produit latex naturel

    2/6

    Application d’un produit latex naturel

  • Relevé des empreintes sur latex avant estampage sur papier

    3/6

    Relevé des empreintes sur latex avant estampage sur papier

  • Découpe et numérotation des tesselles à partir de l’empreinte sur papier

    4/6

    Découpe et numérotation des tesselles à partir de l’empreinte sur papier

  • Préparation de la surface

    5/6

    Préparation de la surface

  • Collage et pose des tesselles

    6/6

    Collage et pose des tesselles

La seconde opération significative se situe au niveau de l’Hommage aux déportés d’Eva Aeppli. Évocation des désastres de la Shoah, l’œuvre se compose d’un wagon de la SNCF des années 1930 suspendu sur une plateforme à plus de 13 mètres de haut, à l’intérieur duquel se trouvent 15 figures en soie blanche et velours marron. Très dégradé, le wagon de l’Hommage aux déportés est restauré à l’identique après le traitement des lames de bois endommagées. Son isolation thermique et le remplacement de la climatisation à l’intérieur du wagon permettent de maintenir les sculptures dans un climat stable pour leur bonne conservation.

Le chantier de restauration est aussi l’occasion de réviser l’étanchéité du bassin de l’Hommage à Yves Klein de Jean Tinguely, de restaurer ou de dépoussiérer une partie des œuvres installées dans Le Cyclop, de La Colonne de Niki de Saint Phalle à La Méta-Harmonie, en passant par La Jauge de Jean-Pierre Raynaud, Le Pénétrable sonore de Jesús Rafaël Soto, l’Hommage à Mai 68 de Larry Rivers, Le Tableau électrique de Rico Weber ou le Piccolo museo de Giovanni Battista Podestà.

  • ©GdV

    1/4

    ©GdV

  • ©GdV

    2/4

    ©GdV

  • ©GdV

    3/4

    ©GdV

  • ©GdV

    4/4

    ©GdV

Le Cyclop : retour sur une restauration exceptionnelle.

Le Cnap retrace la restauration de cette œuvre colossale à travers un film documentaire.

En suivant le processus de restauration du Cyclop de Jean Tinguely, le documentaire produit par le Centre national des arts plastiques (Cnap) retrace l’aventure d’un chantier exceptionnel, à l’image de ce monstre mythologique caché dans les bois de Milly-la-Forêt, et dont la tête peut de nouveau se camoufler en réfléchissant son propre environnement.

Un film documentaire produit par le Centre national des arts plastiques (France, 2022, 10’)

Réalisation : Jean-Nicolas Schoeser (Trystero)
Images : Jean-Nicolas Schoeser (Trystero), Grimaud Bouveret et Patricia Lecomte
Voix : Gaëlle Savary
Direction : Béatrice Salmon, directrice du Centre national des arts plastiques
Responsable éditorial et conception : Sandrine Vallée-Potelle, cheffe du service de la communication, de l’information et des ressources professionnelles
Coordination et rédaction : Alexandre Clouzot et Nina Gangloff, chargés de communication au service de la communication, de l’information et des ressources professionnelles
Avec la participation de Philippe de Viviés, conservateur-restaurateur du patrimoine, co-gérant d’A-CORROS
Crédit musique : Brylie Christopher Oxley – Remnants of Effervescence

Individuels

Le Cyclop est ouvert chaque année de début avril à la fin des vacances de la Toussaint.

Saison 2024 : du 6 avril au 3 novembre.

Nous accueillons le public individuel les samedis et dimanches de 10h30 à 18h30.
Ouverture étendue du mercredi au dimanche aux mêmes heures en juillet & août et durant les vacances scolaires de la zone C. 
À partir du 27 octobre, la fermeture est avancée à 17h45.
Fermé les jours fériés, sauf le 14 juillet et le 15 août.

L’accès sur le site autour du Cyclop est libre et gratuit.
Les visites du Cyclop sont guidées et durent 45 minutes.

Horaires de visite

Matin : 10h30 – 11h15 et 12h00.
Après-midi : 14h00 – 14h45 – 15h30 – 16h15 – 17h00 et 17h45 (dernière visite à 17h00 à partir du 27 octobre).

Aucune réservation, les entrées sont en vente sur place à la billetterie du Cyclop.
Les groupes de visites sont constitués au maximum de 25 personnes. L’accès à une visite est sous réserve des places disponibles à l’arrivée du visiteur. 

Merci de noter que pour des questions de sécurité, l’accès à l’intérieur du Cyclop est interdit aux enfants de moins de 8 ans, même accompagnés.

Tarifs

Tarif Plein : 12,00 €

Tarif Réduit : 7,00 €

Tarif Pass Navigo* : 10,00 €

Tarif réduit pour : enfants de 8 à 18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, personnes handicapées, habitants CC2V, Pass Éducation, Pass Navigo.
Gratuité pour : détenteurs des cartes Culture, Icom, ou Presse, membres de l’Aica, Maison des Artistes, résidents Cité des Arts, demandeurs d’asile et réfugiés.

Le Cyclop s’inscrit dans le dispositif du Pass Culture pour l’achat des entrées.

Privatisation d’espace et visites exceptionnelles sur demande en contactant l’association.

Modes de règlement acceptés : espèces, cartes bancaires, chèques.

*Réduction valable pour les pass annuels et mensuels sur présentation d’un justificatif.

Scolaires

Le Cyclop accueille le public scolaire sur réservation uniquement. En semaine, du lundi au vendredi, hors juillet & août, et vacances scolaires de la zone C.

Merci de noter que pour des questions de sécurité, l’accès à l’intérieur du Cyclop est interdit aux enfants de moins de 8 ans, même accompagnés.

Huit ans et plus

Les visites du Cyclop sont guidées et durent 45 minutes.

Les groupes de visites sont constitués 23 élèves et 2 accompagnateurs maximum. Au-delà, prévoir plusieurs visites consécutives.

Tarif : 6,00 € par élève

Gratuit pour les accompagnateurs (2 par visite).

Moins de huit ans

Nous organisons pour le plus jeune public, des visites guidées à l’extérieur, autour du Cyclop. Les visites durent 45 minutes. Il n’y a pas de jauge maximum, mais nous préconisons 2 classes simultanément maximum.

Tarifs : 5,00 € par élève

Gratuit pour tous les accompagnateurs.

©GdV

Groupes adultes

Le Cyclop accueille le public de groupe sur réservation, en semaine uniquement, du lundi au vendredi, hors juillet & août et vacances scolaires de la zone C.

Les visites du Cyclop sont guidées et durent 45 minutes.

Les groupes de visites sont constitués 25 visiteurs maximum. Au-delà, prévoir plusieurs visites consécutives.

Tarif : 7,00 € par personne.
Tarif champ social et handicap : 6,00 € par personne et gratuit pour les accompagnateurs.
Tarif groupe de moins de 15 personnes : 90,00 € la visite.

Accessibilité

Visiteurs à mobilité réduite

Des places de stationnement sont réservées au public à mobilité réduite à l’entrée du site. L’ensemble des infrastructures autour du Cyclop sont accessibles et adaptées aux fauteuils roulants.

Le Cyclop est une structure complexe, réalisée secrètement par des artistes entre 1969 et 1994, sans architecte, pensée dans une liberté totale, sans norme de sécurité, et d’accessibilité. De ce fait, elle est composée uniquement d’escaliers pour gravir les 4 niveaux qui la constituent. Son statut d’œuvre d’art, inscrite sur l’inventaire du Centre national des arts plastiques, empêche toute modification d’être effectuée sur l’architecture en elle-même. Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure de pouvoir proposer des visites à l’intérieur du Cyclop au public à mobilité réduite. En revanche, nous proposons gratuitement à ce public une médiation en extérieur.

Public en situation de handicap mental ou psychique

L’équipe de médiation de l’association Le Cyclop propose des visites adaptées à un public en situation de handicap mental ou psychique. Possibilité d’accueil en tant qu’individuel ou en groupe.

Public sourd ou malentendant

L’association Le Cyclop a à cœur de proposer des visites à destination du public sourd et malentendant. En revanche, notre équipe de médiateur·rice·s étant saisonnière, nous ne pouvons garantir l’assurance de visites en Langue des Signes Française (LSF) chaque année. N’hésitez pas à nous contacter en saison d’ouverture pour en savoir plus.

Public aveugle et déficient visuel

L’association Le Cyclop a à cœur de proposer des visites à destination du public aveugle et déficient visuel, malheureusement pas encore développées aujourd’hui. Nous sommes actuellement en recherche de partenariat avec une ou des structures d’accueil ou des associations qui travaillent avec des personnes présentant une déficience visuelle, afin de penser et construire ces visites conjointement. N’hésitez pas à nous contacter.

Pédagogie

Public scolaire, préparez votre visite !

Vous trouverez ici des outils pédagogiques classés selon les différents niveaux scolaires afin de préparer la visite en amont, ou la retravailler à posteriori.

  • Moins de 8 ans : (à venir)
  • Élémentaire et collège : (à venir)
  • Lycées : (à venir)

À venir

Du 6 avril au 3 novembre 2024

Programmation artistique

2024 fête les trente ans d’ouverture du Cyclop au public ! Pour cette saison, nous accompagnons et présentons des artistes engagé.e.s auprès de la nature, engagé.e.s dans les luttes féministes, engagé.e.s dans le partage des savoirs. Huit artistes seront en résidence et/ou invité.e.s à montrer leurs travaux dans les bois autour du Cyclop, une exposition en duo de Louis Guillaume et Théophile Peris débutera dès les premiers jours d’avril et en parallèle sera présenté des films d’artistes femmes d’Europe Centrale, des Balkans des années 90’s. Pendant l’été Rémy Yadan prendra le relais pour travailler avec sa troupe de performeurs à partir du film de Niki de Saint Phalle, Un rêve plus long que la nuit, tout juste restauré.

Du 6 avril au 28 juillet au Cyclop

Tondre, cueillir et créer.

Exposition en duo de Louis Guillaume et Théophile Peris.

Résidence de recherche et de production

Louis Guillaume et Théophile Peris sont particulièrement attentifs au « vivant », il est sujet de réflexion, d’intérêt, le vivant devient aussi matériau, élément constitutif du travail de ces plasticiens. Louis Guillaume utilise des plantes récoltées pour créer ses sculptures et installations, tandis que Théophile Peris travaille la laine, redécouvrant des gestes oubliés pour peindre ses idées.

Ces voix chères qui ne se sont pas tues.

Programmation des films de Maja Bajević, Anna Daučiková, Sanja Iveković, Wanda Mihuleac.

construction du Cyclop, voient naître un renversement majeur en Europe, celui de la fin de l’Union soviétique, et de l’ouverture des frontières des deux côtés de l’Europe. Le Cyclop, une œuvre qui assume pleinement sa post-modernité, engage ces questions politiques, militantes et féministes. Nous abordons avec cette programmation par des séries de films faits par des femmes d’Europe centrale, des Balkans, engagées sur ces réflexions.

Du 29 juillet au 3 novembre 2024 au Cyclop

Mes nuits en couleurs.

Installation, performance, cycle de vidéos de Rémy Yadan.

À partir du film de Niki de Saint Phalle « Un rêve plus long que la nuit » datant de 1976, aujourd’hui tout juste restauré, Rémy Yadan est invité à imaginer une série de performances pendant l’été et l’automne 2024 en relation directe avec la projection du film de Niki de Saint Phalle, sur grand écran, en plein air, dans les bois. Rappelons que ce film a été réalisé en partie au Cyclop au moment de sa construction et dans la forêt de Fontainebleau.

Programmation culturelle

Visites, conférences, ateliers

Calendrier à venir.

Passée

Murmures en fractales, des récits qui nous accompagnent… – Saison 2023

À quelques pas de votre arrivée au Cyclop, des sons, des tintements, des bruits de frottements et autres entrechoquements, arriveront à vos oreilles pour révéler à vos yeux de modestes ballets mécaniques, syncopés, presque dégingandés. Une certaine retenue se dégage de ces mouvements, une certaine élégance assumée. Ce travail d’assemblage musical, proche de l’équilibre du jonglage, est le fruit de la collaboration entre Rie Nakajima et Pierre Berthet, une sculptrice qui s’est tournée vers le son et un musicien qui a fait le chemin inverse. Ils se sont rencontrés, ont formé un duo appelé « Dead Plants and Living Objects » Plantes mortes et objets vivants, ils construisent ainsi ces sculptures sonores, et des moments de concerts performés.

En passant à gauche du Cyclop lorsque vous regardez la mosaïque de miroirs, conçue par Niki de Saint Phalle, vous vous dirigez vers un container entouré de fougères aigles.

C’est dans ce lieu à l’écart que vous pourrez découvrir les films de Sophio Medoidze qui vous emmèneront au nord de la Géorgie, à la frontière de la Tchétchénie, dans la région de Tusheti. Il s’agit d’un récit qui accompagne un groupe de cavaliers du Grand Caucase, leurs rites d’initiations, de la relation entre l’homme, le cheval et la nature. Les femmes sont mises à distance, et pourtant une femme tient la caméra, parfois de loin mais toujours très proche de ce qui se dit, de ce qui se ressent. Sophio Medoidze est une artiste qui a grandi en Géorgie, à Tbilissi, puis s’est installée à Londres en 2001. Son double regard nous captive, à la fois intérieur au pays, une connaissance intime des gens, des coutumes, elle partage une empathie avec les personnes qu’elle filme, mais son regard apporte aussi une distance presque occidentale sur le sujet filmé et nous permet d’entrer dans son histoire. L’Association Le Cyclop accompagne également l’artiste dans la réalisation d’un nouveau film qui sera présenté à l’automne en plus de cette sélection.

Un autre récit va investir les bois autour du Cyclop, celui de Virginie Yassef. De vraies fausses sculptures, peut-être des rochers avec des yeux, peut-être autre chose – le projet est lui-même en train d’être conçu au moment de l’écriture du texte -. Ces formes prendront place dans ce bois particulier, à l’orée de la forêt de Fontainebleau, des formes qui ressemblent à cette nature mais qui seront juste un peu modifiées, presque décalées, tout à la fois hyper réalistes et issues d’un univers de science-fiction. L’art, la littérature, les échanges de paroles, les extraits de journaux, les grands faits et petits détails qui deviennent presque obsessionnels, les traces formelles et intellectuelles, tout ce qui alimente notre pensée, nourrit le travail de Virginie Yassef qui le transpose en une douce féérie. On s’imprègne de son travail, on observe ces différences qui le composent qui le transforment, ces ouvertures vers un monde parallèle, un cheval passe… ce hiatus entre l’art et la vie.

Programmation culturelle 2023

SAMEDI 15 AVRIL À 15H30

Table ronde : Le graphisme au Cyclop.
Par Guillaume Allard, Vanessa Gœtz, Véronique Marrier et François Taillade. 

Guillaume Allard et Vanessa Gœtz, de l’Atelier de design graphique Pentagon ; Véronique Marrier, cheffe du service design graphique au Centre national des arts plastiques, et François Taillade, directeur de l’Association Le Cyclop, échangeront sur le projet et les partis pris de la nouvelle identité visuelle du Cyclop, en revenant sur l’évolution graphique depuis la création de l’association et les différents graphistes qui ont marqué le lieu.

SAMEDI 15 JUILLET À 15H30

Visite d’exposition et dégustation. 
Par Pierre Berthet & Rie Nakajima, François Taillade et Catherine Bosc-Bierne.

Pierre Berthet et Rie Nakajima, qui proposent une installation cinétique et sonore autour du Cyclop. Le parcours se présentera sous la forme d’une déambulation commentée par les artistes, suivie d’une dégustation de produits locaux, par Catherine Bosc-Bierne productrice de menthe poivrée.
Dans le cadre de l’évènement intercommunal de la CC2V : 2 ValléEstival.

SAMEDI 16 SEPTEMBRE À 14H00

Conférence : Le Village d’art de Chomo : un rêve bâti au cœur de la forêt.
Par Roberta Trapani.

Au moment des Journées Européennes du Patrimoine, et en parallèle à l’ouverture au public du village d’Art Préludien de Chomo (site d’art brut à Achères-la-Forêt), l’association invite Roberta Trapani, docteure en histoire de l’art et spécialiste de l’art brut et de l’architecture sans architectes. La conférence s’attachera à faire découvrir les paradis fantastiques de Chomo, Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle.
En partenariat avec l’association des Amis de Chomo et Patrimoines irréguliers de France.

L’Étincelant Cyclop – Saison 2022

Depuis exactement dix ans l’Association Le Cyclop a ouvert le lieu à la création contemporaine. La force du Cyclop et son cadre en ont donné les directions artistiques, elles se sont pour ainsi dire imposées. L’association accompagne des artistes dans la conception d’œuvres autour de quatre axes liés à son histoire : la création en commun, les correspondances entre la musique et les arts visuels, la performance, et la nature qui est son écrin. Le Cyclop est ainsi devenu un lieu de rendez-vous réguliers et d’échanges entre les publics et les artistes invités.

©GdV

DAVIDE BALULA

Dust and Spores on a dancer’s Cloths
Poussière et spores sur les vêtements d’un danseur

Performance dimanche 22.05.2022 à 11h00 et 15h00
Quatre danseurs, vêtus de blanc, interprètent une chorégraphie dont l’instruction principale est de maculer leurs vêtements avec la terre et les végétaux de la forêt. Cette performance nous rappelle que la “nature” ne peut être appréhendée sans reconnaître que l’air, les humains, les micro-organismes, le sol, les minéraux et les machines sont plus que jamais indissociables.

CATY OLIVE

L’appel de la nuit

Installation lumineuse du 22.05 au 06.11.2022
Caty Olive réalise une mise en scène lumineuse du Cyclop, qui s’activera à la tombée de la nuit, les samedis et dimanches soir. Une douce transition lumineuse et éphémère entre le jour et la nuit permet de révéler toute la beauté du métal et les assemblages subtils pensés par Jean Tinguely et Seppi Imhof, telle une dentelle métallique. Elle redessine aussi de manière graphique le calepinage de la mosaïque de Niki de Saint Phalle.

JENNIFER CAUBET ET THOMAS TEURLAI

Juste avant le point de rupture

Expositiondu 22.05 au 06.11.2022 – Vernissage samedi 18.06.2022 à 20h30
Deux artistes Jennifer Caubet et Thomas Teurlai qui travaillent entre autres l’installation et le volume sont présentés dans un duo distancié dans la forme et l’espace occupé. Ils se rejoignent dans leur intérêt pour ces moments de tensions et de ruptures qu’ils développent chacun dans leurs installations.

ÉRIC GIRAUDET DE BOUDEMANGE

Sang Corrompu

Performancesamedi 15.10.2022 à 20h30
Hors les murs chez Hans-Walter Müller à l’aérodrome de Cerny (Essonne).

Éric Giraudet de Boudemangeen résidence de création pendant l’année 2021 au Cyclop est invité à restituer son travail intitulé Sang Corrompu. C’est une réflexion poétique et philosophique sur l’ère de la post-vérité générée par la manipulation de marionnettes en verre, par le souffle et les échanges de fluides.

Du 22 mai au 6 novembre

Programmation vidéo – Commissaire invité : Jean-Baptiste Delorme, conservateur du patrimoine au Cnap.

  • Chaos-Monde : Bruno Botella, Julien Creuzet, Ramin Haerizadeh, Rokni Haerizadeh et Hesam Rahmanian, Laure Prouvost, Pipilotti Rist, Anne-Marie Schneider
  • De la nature : Maria Theresa Alves, Hicham Berrada, Adrian Paci, Julien Prévieux et Virgine Yassef, Ana Vaz, Ezra Wube

En collaboration avec le Conservatoire national des plantes aromatiques, médicinales et à parfum (CNPMAI) l’Association Le Cyclop lancera à l’automne 2022 une résidence d’artiste en rapport à l’environnement, aux plantes, aux vivants.

Contact

Contacter l’association Le Cyclop


Adresse de correspondance
19 chemin de Moigny – 91490 Milly-la-Forêt

+33 1 64 98 95 18
association@lecyclop.com

Équipe


François TAILLADE
Directeur


Administrateur/Administratrice (En cours de recrutement)


Responsable des publics (En cours de recrutement)

Marie JUGUET
Chargée de communication 

Fatima FONSECA
Responsable de caisse

Thierry RUDA
Technicien

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour recevoir l’actualité du Cyclop toute l’année.

Horaires

Le Cyclop est ouvert chaque année de début avril à la fin des vacances de la Toussaint.

Saison 2024 : du 6 avril au 3 novembre.

Nous accueillons le public individuel les samedis et dimanches de 10h30 à 18h30.
Ouverture étendue du mercredi au dimanche aux mêmes heures en juillet & août et durant les vacances scolaires de la zone C. 
À partir du 27 octobre, la fermeture est avancée à 17h45.

Nous accueillons les groupes en semaine sur réservation uniquement, du lundi au vendredi de 9h15 à 16h15 en période scolaire. (Aucune réservation en juillet & août, et pendant les vacances scolaires de la zone C).

Voir les horaires de visite

Accès

Le Cyclop est situé dans le prolongement du n°66 rue Pasteur (côté bois). Depuis Paris Autoroute A6 Sortie 13 « Milly-la-Forêt » direction Milly. Au rond-point en arrivant à Milly direction Étampes (D 837) 200 mètres plus loin emprunter sur la droite le chemin fléché « Le Cyclop » jusqu’au parking puis prendre le chemin piétonnier.

Afficher sur Google Maps

©GdV